European Data Protection Supervisor
Le Contrôleur Européen de la Protection des Données

Le CEPD entame ses travaux sur une nouvelle éthique numérique

Le CEPD entame ses travaux sur une nouvelle éthique numérique

28/01/2016
28
Jan
2016

Le CEPD entame ses travaux sur une nouvelle éthique numérique

Aujourd'hui, le contrôleur européen de la protection des données (CEPD) a annoncé qu'il était prêt à entamer ses travaux sur une nouvelle éthique numérique. Le CEPD a lancé une discussion élargie, à la fois au sein de l'UE et à l'échelon mondial, sur la manière de protéger l'intégrité de nos valeurs tout en bénéficiant des avantages des nouvelles technologies. S'exprimant lors de la conférence annuelle sur l'informatique, la vie privée et la protection des données (Conference of Computers, Privacy and Data Protection, CPDP), il a déclaré hier qu'il avait établi un groupe consultatif sur l'éthique qui permettra de concrétiser les avantages de la technologie pour la société et l'économie, tout en renforçant les droits et libertés des personnes.

Giovanni Buttarelli, contrôleur européen de la protection des données: "La plupart d'entre nous conviennent que nous sommes tous bien plus que la somme de nos données et, pourtant, nous sommes plus que jamais définis par la quantification de soi. Notre vie privée est presque devenue une marchandise, utilisée pour nous vendre des idées et des produits ou pour influencer notre comportement. Je suis donc ravi d'annoncer que le CEPD a commencé, avec le soutien d'un groupe consultatif sur l'éthique, son travail de révision de la dimension éthique des relations entre les droits de l'homme, la technologie, les marchés et les modèles d'entreprise ainsi que leurs implications pour les droits au respect de la vie privée et à la protection des données dans l'environnement numérique. Avec l'aide de ce groupe, nous avons l'ambition d'identifier une nouvelle approche éthique dans les années à venir, de sorte que les citoyens ne soient plus réduits à de simples personnes concernées dans l'environnement numérique."

Composé de six personnalités éminentes, chacune experte dans son domaine, le groupe envisagera l'éthique numérique sous différentes perspectives académiques et pratiques.

Le CEPD encourage la participation d'autres leaders d'opinion dans le cadre de ce projet, afin qu'une large variété de points de vue soit représentée, de manière à garantir l'équilibre et la diversité. Par conséquent, le groupe consultatif impliquera d'autres experts, par exemple à travers des entretiens et des ateliers avec d'éminents représentants de la communauté scientifique mondiale, ainsi que des spécialistes de la protection des données. À des fins de transparence, des résumés périodiques des travaux seront rendus publics.

En plus de fournir le secrétariat, l'infrastructure et les termes de référence, le CEPD contribuera au groupe à travers des idées, par exemple sur la façon dont l'expérience, le bon sens et la moralité peuvent être pris en compte dans des processus de prise de décision automatisés. Les membres du groupe, qui ne seront pas rémunérés, devront travailler de manière autonome, à l'abri de toute ingérence ou conflit d'intérêt.

Le groupe devrait formuler ses conclusions, recommandations et opinions sous forme de rapports (intérimaire, de discussion et final), qui seront présentés lors de réunions publiques et d'ateliers, avec l'aide de modérateurs respectés. Une version préliminaire complète devrait être soumise d'ici janvier 2017 pour consultation publique, afin de permettre au grand public, aux groupes de la société civile et au secteur de contribuer à ces discussions.

Composition du groupe consultatif sur l'éthique

J. Peter Burgess est qualifié dans les domaines de l'ingénierie, des études littéraires, des sciences politiques et de la philosophie. Il vient d'être nommé président de la chaire de Géopolitique du Risque à l'École Normale Supérieure de Paris et est affilié à l'université de Copenhague, à la Vrije Universiteit Brussel et à l'université de Chicago.

Luciano Floridi est professeur de philosophie et d'éthique de l'information, ainsi que directeur de recherche de l'Oxford Internet Institute, à l'université d'Oxford. L'éthique de l'information est depuis longtemps au cœur de son travail et est le sujet de ses nombreuses publications. Depuis 25 ans, il développe des opinions sur la relation entre l'informatique, l'éthique et les politiques.

Jaron Lanier est un informaticien, auteur, critique des technologies et compositeur. Il a reçu le prix de la paix des libraires allemands en 2014 et son livre, «Internet : qui possède le futur?», a décroché le Goldsmith Book Prize de Harvard en 2014. Fondateur ou directeur de plusieurs start-up, il écrit et s'exprime sur le secteur de la haute technologie, l'impact social des pratiques technologiques, la philosophie de la conscience et l'information, la politique de l'internet, l'avenir de l'humanisme, etc.

Aurélie Pols est économiste/économètre et statisticienne de formation; elle est impliquée dans l'analyse de données depuis le début de cette activité. Elle est une actrice importante dans le domaine des «données numériques». Après avoir vendu sa start-up il y a quelques années, elle dirige désormais sa propre société de conseil en Espagne. 

Antoinette Rouvroy est une universitaire belge qui a obtenu un titre de docteur en sciences juridiques à Florence. Elle a travaillé comme universitaire à York, à Montréal et, actuellement, à Namur. Elle a étudié le droit, ce qui sert de point de départ à son analyse des questions philosophiques, juridiques et éthiques liées aux processus de prise de décision dans une société de l'information en développement.

Jeroen Van den Hoven est professeur d'éthique et de technologie à l'Université de technologie de Delft. Il a beaucoup écrit sur les aspects éthiques de la technologie de l'information. Il est le doyen intérimaire de la faculté de politique et gestion technologique à Delft, ainsi que le fondateur et rédacteur en chef de la revue Ethics and Information Technology, depuis 1999. 

Thèmes: